Un appui aux travailleurs forestiers canadiens pour la Journée internationale des forêts

3/21/2019

Le 21 mars est la Journée internationale des forêts, désignée comme telle par les Nations Unies. C’est le moment de célébrer les familles et les collectivités forestières ainsi que l’approche avant-gardiste de notre pays en matière d’aménagement des forêts, l’une des ressources renouvelables les plus importantes au pays.

À tous égards, le Canada est un chef de file mondial quand il s’agit de la gestion des forêts et des écosystèmes, de la faune et des collectivités qui en dépendent. Récemment, notre approche a été validée à la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24), où une déclaration ministérielle sur les forêts et le climat a été adoptée pour reconnaître le rôle critique que les forêts et l’aménagement forestier jouent au Canada et dans le monde pour nous aider à atteindre nos objectifs en matière de climat.

Aujourd’hui, nous saluons les forestiers professionnels canadiens qui s’occupent des forêts du pays, non seulement pour leur planification et leur mise en œuvre des activités de récolte et de reboisement, mais aussi pour la promotion de valeurs forestières importantes comme la protection de la faune, de la biodiversité et de l’eau. La planification minutieuse de l’aménagement des forêts canadiennes est l’une des raisons qui expliquent que nous récoltons moins de 0,5 % de nos forêts chaque année, que nous remplaçons les arbres récoltés en plantant 1000 arbres chaque minute et que nous n’avons aucun des problèmes de déforestation ou d’exploitation forestière illégale que nous constatons dans d’autres pays du monde.

C’est grâce à l’engagement de ces gens envers des forêts et des écosystèmes forestiers sains que le Canada conserve plus de 90 % de son couvert forestier d’origine. En fait, la vaste majorité des perturbations des forêts du Canada découle des incendies et des ravageurs, pas des activités de récolte.

Il faut savoir que nos forêts aménagées sont des puits de carbone, et non des sources. L’édition 2018 du rapport L’État des forêts au Canada de Ressources naturelles Canada le confirme : les zones boisées faisant l’objet d’un aménagement actif au Canada continuent à représenter un puits de 20 millions de tonnes de carbone. Réfléchissez à ça une minute. Les forêts que nous récoltons pour les produits du bois qui stockent le carbone sont reboisées et régénérées et deviennent ainsi la prochaine génération d’arbres qui stockent du carbone, les jeunes forêts absorbant plus de carbone que les plus vieilles.

Il est regrettable que nous nous accoutumions de plus en plus aux activistes financés par des fonds internationaux qui tentent de miner la contribution de notre secteur à l’environnement, à l’économie et au tissu social de nos collectivités forestières. Leur dernière campagne médiatique nous laisse perplexes. Elle affirmait que les forêts canadiennes étaient « détruites » pour fournir du papier hygiénique aux Américains. Quelle absurdité! De telles campagnes mensongères sont non seulement une attaque directe envers nos travailleurs forestiers et leurs familles, mais elles vont à l’encontre des objectifs d’atténuation des changements climatiques auxquels nous devrions tous souscrire.
Elles oublient aussi l’objectif majeur qui consiste à trouver une valeur à chaque partie des arbres récoltés. La vaste majorité des produits papetiers et à usage sanitaire tirés des forêts canadiennes sont fabriqués avec les copeaux de bois découlant de la production de bois d’œuvre dans les scieries canadiennes. Utiliser ces résidus nous permet de transformer ce qui serait autrement considéré comme des déchets en produits dont les gens ont besoin, tout en représentant une importante source de revenus pour nos scieries. Compte tenu du mouvement pour réduire la présence du plastique dans notre environnement, nous sommes ravis du potentiel encore plus grand d’utilisation des copeaux, de l’écorce, des branches et de la sciure de bois.  

Au nom des quelque 230 000 travailleurs professionnels de la foresterie et de leur famille, ainsi que des plus de 600 collectivités forestières où ils vivent d’un océan à l’autre, l’APFC continuera de défendre le secteur forestier canadien. Notre approche toute canadienne à l’aménagement des forêts apporte de réels avantages environnementaux, sociaux et économiques à notre pays.

Classé sous:

Plus de messages

Le secteur des produits forestiers prêt à aider le Canada à mieux bâtir et à stimuler la reprise économique
Lire ceci
William Amos, député de Pontiac, est nommé champion des communautés par le secteur canadien des produits forestiers
Lire ceci
L’APFC décerne des prix à ses partenaires : Canards Illimités Canada et l’Université de l’Alberta
Lire ceci